actualités covid19

Double peine pour les sujets en surpoids : Covid grave et vaccin moins efficace !

03/08/2022

Cette étude unique a exploité la plate-forme de surveillance EAVE II qui s’appuie sur des données de soins de santé nationales en temps quasi réel pour 5,4 millions de personnes (∼99 %) en Écosse et 1 734 710 personnes dont l’Indice de Masse Corporelle (IMC) était disponible.

Les personnes vaccinées obèses sévères (IMC > 40 kg/m 2) étaient significativement plus susceptibles d’être hospitalisés ou de mourir du Covid-19 que les autres de poids normal. 

Cet excès de risque a augmenté avec le temps écoulé depuis la vaccination

Par rapport aux personnes de poids normal, six mois après leur deuxième dose de vaccin, beaucoup plus de personnes souffrant d’obésité sévère avaient des titres non quantifiables d’anticorps neutralisants contre le virus SARS-CoV-2, des fréquences réduites de SARS-CoV-2 Spike-binding B cellules, et une dissociation entre les niveaux d’anticorps anti-Spike et la capacité de neutralisation.

La capacité de neutralisation a été restaurée par une 3eme dose de vaccin, mais a de nouveau diminué plus rapidement chez les personnes souffrant d’obésité sévère. 

Cette étude tend à démontrer que la diminution de l’immunité humorale induite par le vaccin contre le SRAS-CoV-2 est accélérée chez les personnes souffrant d’obésité sévère et associée à une augmentation des hospitalisations et de la mortalité due aux percées d’infections.

 Compte tenu de la prévalence de l’obésité, ces résultats ont des implications importantes pour la santé publique mondiale.

Accelerated waning of the humoral response to SARS-CoV-2 vaccines in obesity MedRxiv 06/2022